Un Llibre Vermell. Chants et danses des pèlerins de Montserrat
La Camerata Vocale de Brive, La Capella Silvanensis, Le Concert dans l'Œuf





medieval.org
witiza.com
Collection Romane, CR 106

2001







1. La nit obscura  [1:21]   CB 196
Carmina Burana CB 196 fol. 87, 88 (extrait)Veillée à Montserrat

2. [7:16]
Laudemus virginem   LV 3
Llibre Vermell fol. 23Caça (Canon)
O virgo splendens   LV 1
Llibre Vermell fol. 21 V° & 22Caça (Canon)
Antiphona dulcis armonia dulcissime Vergi(m)s M(arite) de Mo(n)te S(errat)o


3. Stella splendens  [4:12]   LV 2
Llibre Vermell fol. 22, 22 V° & 23Virelai "ad trepudium rotundum"

4. Splendens ceptigera  [2:55]   LV 4
Llibre Vermell fol. 23Caça (Canon) et Danse du diable (Concert dans l'Œuf)

5. Los set goyts  [4:37]   LV 5
Llibre Vermell fol. 23 V° & 24Ballada dels set goyts de Nostra Dona en vulgar cathalan "il ball redon"

6. Qual é a santivigada  [6:02]   CSM 330
[‘Madre de Deus, Nostro Sennor ’]
Cantiga C 330 — Laude à Santa Maria (Alphonse X le Sage version instrumentale)

7. Cuncti simus concanentes  [1:52]   LV 6
Llibre Vermell fol. 24

8. Ches le Bois  [4:12]
Instrumental (Jacqui Détraz)

9. Polorum regina  [4:42]   LV 7
Llibre Vermell fol. 24 V°Virelai "a ball redon"

10. Por razon tenno d'obedecer  [4:07]   CSM 113
Cantiga C 113 de Santa Maria (Alphonse X le Sage version instrumentale)
Histoire du Monastère sauvé par la Vierge de Montserrat

11. Mariam matrem virginem  [4:31]   LV 8
Llibre Vermell fol. 25Virelai

12. Mui grandes noit'e dia devemos  [2:19]   CSM 57
Cantiga C 57 de Santa Maria (Alphonse X le Sage version instrumentale)
Histoire des voleurs sauvés par la Vierge de Montserrat

13. Imperayritz de la ciutat joyosa  [5:46]   LV 9
Llibre Vermell fol. 25 Vº & 26Motet (incomplet)

14. Ad mortem festinamus  [6:09]   LV 10
Llibre Vermell fol. 26 Vº & 27Virelai








Direction: JEAN-MICHEL HASLER

CAMERATA VOCALE DE BRIVE
James Bachellez, Hervé Coudert, Didier Bernard, Linda Doz-Libes, Marie Bernard,
Florence Durand-Roulet, Marc Bonzom, Pierre Filloux, Christian Bouysse, Annette Gontier,
François Bouysse, Mieteke Kuitenbrouwer, Julie Bouysse, Brigitte Le Bourhis, Bernard Candela,
Michel Prunier, Cyril Cossord, Samuel Regimbeau, Anne-Marie Vialle

Les Solistes de LA CAMERATA VOCALE DE BRIVE et
LA CAPELLA SILVANENSIS

Frédéric Bétous, Olivier Boulicot, Marie-Pierre Filloux, Cécile Filloux-Rabati,
Étienne Fouss, Béatrice Gaussorgues, Thierry Lepeltier, Bertrand Maon,
Oliver Marz, Anne-Elizabeth Petit, Luc Terrieux

ASSISTANTS:
Anne-Elisabeth Petit
Patrice Libes
Linda Doz-Libes (conseillère pour le catalan)



Une certaine idée s'est imposée à nous au cours
de l'enregistrement; la mise en forme, comme on organise
la cité, afin de trouver le son et l'intensité
du Livre Vermeil, ressemble au projet premier d'Aristote.
C'est celui de structurer, de "politiser" ce rassemblement
de chanteurs et musiciens afin d'atteindre
un bien souverain : la contemplation.




LE CONCERT DANS L'ŒUF
Luis Barban, santur
Jacqui Détraz, nacaires, davul, bendirs, darbouka, tambours de bois, tabla
Sophie Jacques de Dixmunde, chalémie, cornemuse, flûte basse
Maurice Moncozet, flûtes, chalémies, nay
André Rochard, luth, guiterne, saz, vièle à archet
Louis Soret, vièle, cornemuse, nay







℗ & © 2001 Voix et Route Romane

Enregistrement réalisé du 2 au 4/07/2001 en l'Abbaye de Sylvanès
Prise de son, montage, mastering : Christian Zagaria
Plan de montage Jean-Michel Hasler      
Fabrication DURECO
Graphisme: JFG
Direction de collection : Danièle Walter Voix et Route Romane.
Nous remercions tout particulièrement le Conseil Régional du Limousin,
la Direction Régionale des Affaires Culturelles du Limousin,
le Département de la Corrèze, la Ville de Brive-la-Gaillarde,
le Conseil Régional Midi Pyrénées, l'Abbaye de Sylvanès, la Parade Sauvage
et toutes les personnes qui ont apporté leur aide précieuse à l'aboutissement de ce projet.
Couverture : La Vierge Noire de Montserrat (Photo Zodiaque)








Le Livre Vermeil n'est pas une "œuvre", c'est un manuscrit.

Il regroupe des miniatures, des livres d'heures, des textes édifiants et bien d'autres représentations de l'univers géocentrique, parmi lesquelles figurent dix petites pièces musicales... autant dire rien du tout ! Et pourtant, ces dix pièces sont chargées d'histoire et de mystère peut-être parce qu'elles ont grandi sous l'ombre tutélaire de "la Moreneta", la Vierge Noire de Montserrat.

Ces dix petites pièces n'ont pas été "écrites" pour être écoutées, mais pour servir de répertoire aux pèlerins lors des veilles nocturnes dans l'abbatiale ou des réjouissances sur le parvis. Elles font donc partie du lieu et sont en résonance avec lui

Pour le musicien contemporain, "interpréter" le Livre Vermeil, c'est avant tout essayer de s'imprégner de l'esprit surréaliste qui habite le "Montserrat" la "montagne de la scie", le "Montsagrat" (ou Mont Sacré) des Catalans, le "Montsalvat" de la légende médiévale qui y plaçait le château du Saint Graal.

Il s'agit d'un énorme massif de montagnes, presque isolé, qui domine la plaine de la Catalogne. Découpé de tous côtés en d'innombrables dents, flanqué de rochers fantastiques, de "colonnes coiffées" que les Arabes nommaient jadis "gistaous" (sentinelles), il ressemble de loin à quelque immense château fort.

On ne peut en escalader le sommet que par des couloirs escarpés et profonds nommés "canales". A l'extrémité Nord-Ouest s'élève la cime la plus haute, le Turó de San Jerónimo. Une énorme fissure, le "Valle Malo" (le Val Mauvais) fend la croupe de la montagne au Sud-Ouest.

Si, d'après la légende, le "Valle Malo" se serait ouvert à l'instant où le Christ expira sur la croix, les versants du torrente de Santa María sont bordés de fantastiques Peñascos : les "sentinelles de pierre du Saint Graal" qui, par temps de brouillard, nous mènent dans l'univers wagnérien de Parsifal.

Le célèbre monastère couronne une plate-forme suspendue comme un balcon, aux deux tiers de la hauteur du flanc Est, là où les rochers du Valle Malo, que traverse le torrente de Santa María, se dressent au bord du río Llobregat en terrasses imposantes.

L'origine du sanctuaire se perd dans la nuit des temps et l'histoire du lieu a bien des points communs avec le roman de Jean Potocki "Le Manuscrit trouvé à Saragosse". En effet, on ne peut parler d'une histoire, mais d'un faisceau de récits qui s'entrecroisent, s'enrichissent les uns les autres, mélangent profane et sacré, Orient et Occident, saints et brigands, espace et temps !

L'origine de la Vierge Noire est très obscure. Elle a été découverte dans la "Cueva de la Virgen" (grotte de la Vierge) par des bergers après la Reconquista. Sculptée par St Luc, apportée en Espagne par St Pierre, elle aurait été cachée pendant l'invasion. A l'image de la Catalogne, elle fit très tôt preuve d'originalité en refusant son transfert à Manresa : trouvée à Montserrat, elle s'obstina donc vouloir y demeurer.

Tout près du lieu de la découverte, on peut voir une autre grotte et entendre une autre histoire : celle de l'ermite San Juan Garín qui expia dans les pénitences les plus austères un crime commis sur Riquilda, fille du Comte Wilfrid le Velu.

C'est encore à Montserrat que St Ignace de Loyola, suspendant ses armes devant la statue, renonça a la carrière militaire et se consacra au service du Christ et de la Vierge Marie, ou que le Padre Antonio Soler apprit son métier de musicien en tant que petit chanteur dans le cadre de la célèbre "Escolania".

Enfin, le miraculeux sauvetage du Livre Vermeil contribue lui aussi au renforcement du mythe : il n'échappa au saccage de l'abbaye par les troupes napoléoniennes que parce qu'il avait été prêté à un érudit de Barcelone.

Un lieu magique, une vierge noire bien mystérieuse, un grand livre rouge...
et dans le livre dix petites pièces musicales...
C'est là qu'un autre miracle intervient !

Le répertoire - ou la compilation dirions-nous - mise à la disposition des pèlerins afin de remplacer les chants "spontanés", présente plusieurs intérêts majeurs.

Intérêt littéraire, cela va sans dire, car nous sommes confrontés aux plus anciens textes en langue catalane populaire "Los set goyts" et "Imperayritz".

Intérêt musical, car nous nous trouvons en présence d'un exemple unique d'ARS NOVA "populaire" : l'art le plus hermétique, le plus intellectuel, le plus savant qui soit, mis à la portée du plus grand nombre, sans compromis démagogique !

Intérêt ethnologique, car certaines de ces pièces sont destinées à être dansées "ad trepudium rotundum" ou "a ball redon" (comme une ronde), survivance des pratiques liturgiques courantes du haut Moyen Age.

Enfin, nous trouvons l'unique exemple de "danse macabre" musicale du XIVe siècle "Ad mortem festinamus".

Musicalement, les pièces du Livre Vermeil sont un compromis entre modernité et tradition : les canons sont à la fois des "jeux musicaux" savants et des tentatives pour concilier l'Un et le Multiple. La symbolique circulaire, omniprésente, rattache cette musique aux traditions anciennes ("l'éternel retour"), tandis que la Danse Macabre se situe dans une perspective théologique résolument optimiste (l'alpha et l'omega : un commencement et une fin).

Enfin, il faut comprendre que le Montserrat, malgré son nom, ne sépare pas, il rassemble : dans le cadre du pèlerinage bien sûr ! Dépourvu du prestige de Jérusalem, et du projet initiatique du "campus stellae" (le chemin des étoiles) de Compostelle, le pèlerinage de Montserrat va aux sources de notre civilisation, terroir inspiré chargé du savoir universel.

Le pouvoir de rassemblement de cette "montagne magique" a marqué nos propres destinées depuis vingt ans, à plusieurs niveaux.

Notre premier séjour au monastère, notre longue patience pour voir "le Livre", nos errances dans les ermitages désolés, notre quête des traces iconographiques dans la pierre ou le bois autant de souvenirs toujours ravivés lorsque nous retournons en Catalogne et que dans le lointain, la montagne se dresse "comme un cataclysme" (pour paraphraser Cézanne) ...

Et puis, il y eut ce 15 août 1982 notre premier concert en l'Abbaye de Sylvanès. Le Livre Vermeil a dès lors fait partie intégrante du parcours musical de la Camerata Vocale, comme une exception à la règle, puisque notre travail est plutôt marqué par Monteverdi, Bach, Victoria ou Charpentier...

15 août 1982 première collaboration entre le Concert dans L'Œuf, la Camerata Vocale et l'Abbaye de Sylvanes. Les dix petites pièces du "Livre" avaient rassemblé des personnalités aussi différentes que le Père André Gonzes, Mick Rochard, Michel Wolkowitsky, Jacqui Détraz et moi-même dans une amitié et une connivence musicale toujours aussi vives 20 ans plus tard.

Les quelques 1200 à 1300 personnes du public, complices de cette première rencontre, avaient terminé la représentation en farandole dans l'abbatiale, tandis que les musiciens faisaient sonner les cloches à toute volée. Nous avions joué le jeu du "métissage culturel", bien avant que le terme et la pratique n'en soient h la mode

Il reste le souvenir tenace d'un Livre Vermeil surréaliste - peut-être inspiré aussi par l'ermite de Port Lligat ? - où le saz, les chalemies, les tablas et les sonorités amazoniennes des percussions résonnant dans le grand vaisseau de pierre, nous ont transportés ici et ailleurs.

Depuis, la "cristallisation positive" autour du "Livre" s'est poursuivie avec la rencontre de Jean-Paul Linder et Danièle Walter du Festival Voix et Route Romane en 2000 et plus récemment de Christian Zagaria, preneur de son, passionné par notre approche acoustique de l’œuvre ("spatialisation" des groupes instrumentaux et vocaux).

Aujourd'hui, nous espérons prolonger le "miracle" grâce à cet enregistrement en forme de défi : faire partager a nos auditeurs notre passion du "Livre" et de ses dix petites pièces musicales ; les faire rêver sur ses histoires erses légendes ; les faire vibrer sur ses sonorités créées au Moyen Age et pourtant, terriblement actuelles ; les guider sur les chemins fantastiques d'un pèlerinage profondément atypique.

Jean-Michel Hasler





La Camerata Vocale de Brive
&
La Capella Silvanensis


La Camerata Vocale de Brive est un ensemble créé par Jean-Michel Hasler, destiné a rassembler des chanteurs amateurs de bon niveau principalement autour du répertoire baroque mais avec des incursions dans la musique médiévale ou dans les œuvres de compositeurs comme Berlioz, Fauré ou encore Offenbach.

Ses exigences stylistiques et vocales ont permis à la Camerata Vocale de se produire aux côtés des meilleures formations dans des festivals de premier plan en France, tels que la Chaise-Dieu, Quimper, festival Berlioz, festival d'Art Sacré de Lourdes, et à l’Étranger, au centre culturel de la ville de Madrid, festival de Saint-Jacques de Compostelle, festival de Wallonie. Son travail a également été récompensé parie prix de l'académie des Beaux Arts.

Ainsi la Camerata Vocale est devenue une véritable pépinière de jeunes talents, et la création d'un ensemble vocal professionnel s'est naturellement engagée avec la complicité des Rencontres Culturelles de l'Abbaye de Sylvanès.

Le directeur-fondateur des Rencontres Culturelles de l'Abbaye de Sylvanès, Michel Wolkowitsky, a toujours souhaité travailler avec les meilleurs musiciens autour de projets mobilisateurs. C'est ainsi qu'il a accueilli en 1982 le premier concert de la Camerata Vocale de Brive il s'agissait déjà du "Livre Vermeil de Montserrat" !

Depuis, le travail de fond au service de la voix et l'exigence de qualité réunissent régulièrement les deux partenaires. Au fil de leurs collaborations, ils sont amenés à découvrir de nouveaux talents prêts à s'engager sur des projets de recherche musicale innovants ou sur des productions de haut niveau dans des répertoires variés.

L'ensemble des Solistes de la Camerata et la Capella Silvanensis sont donc nés en 1999 avec un effectif stable et soudé qui a su développer un véritable esprit de troupe. Animés par la même passion du répertoire vocal, ces jeunes chanteurs professionnels structurent l'activité de la Camerata Vocale de Brise en tant que formateurs vocaux, chefs de pupitres et solistes. En formation indépendante de 12 à 16 chanteurs, ils se produisent a capella ou accompagnés par des ensembles instrumentaux.

Nous espérons que l'écoute de ce "Livre Vermeil" vous permettra de partager, au-delà de leur plaisir musical, l'amitié que se portent tous ces musiciens Camerata Vocale de Brive, Capella Silvanensis, Solistes de la Camerata et bien entendu le Concert dans l’Œuf.




Le label "collection romane" est édité par l'association Voix et Route Romane
qui organise chaque année un festival de musique médiévale dans les édifices
romans en Alsace, et depuis 1999 dans le Palatinat avec la collaboration du
Kultursommer Rheinland-Pfalz. Voix et Route Romane tient a remercier vivement
les partenaires institutionnels et privés suivants pour leur soutien :

La Région Alsace
Le Département du Bas-Rhin
La Direction Régionale des Affaires Culturelles d'Alsace
Le Département du Haut-Rhin

Fondation France Télécom
Les Dernières Nouvelles d'Alsace
France Bleu Alsace
Crédit Mutuel

Le Musée national du Moyen Age





Tous nos remerciements vont aux partenaires qui ont, par leur soutien financier,
contribué a l'aboutissement de ce projet.

Le Conseil Régional du Limousin
La Direction Régionale des Affaires Culturelles du Limousin
Le Département de la Corrèze
La Ville de Brive-la-Gaillarde
La Parade Sauvage / le Concert dans l'Œuf
Le Conseil Régional Midi Pyrénées
L'Abbaye de Sylvanès




sonusantiqva.org

The Web SonusAntiqva
inicio home